enseigne 2

1. Pain-Perdu

À 24 m d'altitude (et non à 30 ou 31 comme je l'avais appris dans mon enfance), c'est le point culminant de la commune et on y a tout logiquement implanté le château d'eau. Mais, probablement pour la même raison et sans doute aussi, ou surtout, en raison de la proximité de la route de Cognac à Matha, c'est maintenant le secteur "en expansion". Entre 1822 et 1854, il n'y avait guère eu d'évolution comme en attestent les cartes de gauche, mais une carte des années 1950 montrerait une situation quasi identique : les seuls changements étaient plutôt de l'ordre de la réorganisation du bâti dans le même périmètre – à supposer même qu'il n'y ait pas eu régression de la surface construite. Puis de nouvelles maisons sont apparues, d'abord le long de la route et sur la pièce de terre appelée la Coudraie, et l'étendue du hameau a fini peut-être par septupler : selon la source citée sous la rubrique Les Mesnacois, il regrouperait maintenant "au moins un tiers de la population" communale et "près de 50 foyers", contre sept en 1894. Mais cette croissance fut tout sauf linéaire : comme on l'a vu, Basque dénombrait 66 habitants en 1857 et Martin-Buchey seulement 39 en 1915.

Pain Perdu2 ancien cadastre napoléonien (1822)

Pain perdu 2008

plan approximatif d'après une photo aérienne de 2008

(le plan cadastral qui suit montre que l'extension a continué,

notamment sur la pièce dénommée "le petit bois").

 

 pain perdu 1857

carte de Lacroix (1857)

 

Le hameau est doté d'un four qui vient d'être restauré en 2012-2013 et qu'on rallume maintenant chaque année pour une fête du pain. Cette restauration n'est pas la première : selon un acte notarié publié par Mme Mercier dans Aguiaine n° 265 (mars-avril 2008), les habitants de Pain-Perdu se seraient regroupés en 1894 pour rebâtir leur four, construit en 1764 et qui aurait pris feu à une date indéterminée. Sur la base de ce document, on a avancé l'idée selon laquelle le hameau, jusque là appelé la Coudraie, aurait été rebaptisé à la suite de cet incendie. Le malheur est qu'il existe un Pain-Perdu à Mesnac depuis bien plus longtemps.

Dans le dénombrement rendu en 1649 par le dernier seigneur de l'Isle-Mesnac, il est question d'une "mothe du pin perdu" qui se situait vraisemblablement dans le marais ou à proximité, mais surtout d'"une pièce de terre au Véron tenue par Thoisnet Texandier de Pin Perdu" – et cette fois, il ne s'agissait pas d'une motte, c'est-à-dire d'un pré ou d'un bois entouré de fossés.

Mais on peut remonter plus loin : sous François Ier, Jean de Puyrigaud mentionne pour sa part "ung boys appellé Painperdu assis en la parroisse de Mesnac" : à défaut du hameau, le nom existait déjà dans la première moitié du XVIe siècle (cet aveu remonte peut-être aux environs de 1515 plutôt qu'à la fin du règne).

La carte de Claude de Chastillon, topographe de Henri IV mort en 1616 ("Carte particulière des environs de l'estan ou lac de Soulenson pres la ville de Cognac entre les rivières de la Graneuse et Charante") démontre clairement l'existence d'un lieu habité :

pain perdu 1610

Certes, Chastillon le dénomme "les Poinctz perdu" mais, de même qu'il situe approximativement beaucoup de lieux-dits (ainsi Le Marais et Masseville), il déforme parfois les toponymes – Vaujompe devient Vauconche, par exemple, et Chazotte Chalotte – et on se gardera donc de spéculer sur ces "points". Au reste, les Pain-Perdu sont nombreux en France et on range en général ce toponyme parmi les noms évoquant une terre ingrate : Tout-y-faut, Gâte-Bourse, Malassis... Pain-Perdu. André Pégorier glose : "endroit peu propice à la culture (Centre de la France)" ; certains ont même pensé qu'il s'agirait d'une corruption de "peine perdue". Bizarrement, malgré la fréquence des villages dénommés Les Pins et bien que l'orthographe Pin-Perdu se retrouve assez souvent, personne ne semble avoir pensé à l'arbre. Mais l'explication par l'incendie d'une fournée, avancée en 2008, apparaît séduisante : après tout, l'incident ne devait pas être si rare et cette terre ne devait pas être si improductive, y compris en froment, à en juger par la rente que devaient verser les gens de Pain-Perdu à leur seigneur d'après la déclaration qui suit. À tout le moins, on peut parler de remotivation.

En effet, le fonds Frétard (AD 17, 20J13) conserve la copie d'une déclaration de 1658 dans laquelle, comme pour le four, les habitants (ou simples tenanciers) de Pain-Perdu semblent constitués en communauté – de sorte que nous disposons là, en principe, de leur liste complète. Agissant au nom de la vingtaine de chefs de famille du hameau, un huissier ("praticien"), un tisserand et deux autres rendent aveu à Josias Chesnel d'une possession collective, qui se limite à deux mas de terre : Pain-Perdu même et le Petit Bois. On relèvera au passage que ces deux terrains relevaient de la seigneurie de l'Isle, acquise par Josias en 1655 : le dénombrement fait sans doute suite à cet achat.

Declaration du village de pain perdu 1658

Pardevant moy notaire royal gardenotte hereditaire en Angoumois soubz signé et presants les tesmoings bas nommés

ont esté presants en leurs personnes maistre François Briand pratitien demeurant au bourg de Mesnac / Rulier, Brandy et Pierre de la Font texier en toilles demeurant au village de Pain Perdu parroisse dudit Mesnac

faisant tant pour eux que pour Charles Demontis escuyer sieur de la Sansonnerye, Jean Texandier l'aisné, Pierre Macouin, Jean Joyeau, Pierre Texandier, Anthoine Besson, Agatte Mesmain vefve de Jean Gourson, Marye Texandier vefve de Jean Gourson le jeune, François Bouet, Pierre Besson, Jeanne Brandy, Pierre Cuette, Pierre Fougere, Jean Gourson l'aisné, Charles Macouin, Jean Thibaud, Pierre Blois absantz

lesquelz et esdictz noms de leurs bonnes volontés ont par ces presantes declaré et advoué tenir de haut et puissant messire Jozias Chesnel chevallier seigneur de Reaux, Chasteau Chesnel, Mesnac, Chozotte, Escoyeux, Vignolle, L'Isle de Mesnac et autres places, demeurant en sondit Chasteau Chesnel parroisse de Cherves à cause de sad. seigneurye de Lisle de Mesnac

Scavoir est

un mas de terre ou sont siz et sittués les maisons et bastimants apellé le village de Pain Perdu contenant le nombre de douze journeaux quarante cinq carreaux à l'herpand d'Angoumois quy est de quatre vingt neuf carreaux un tiers de dix huict pieds en carré, confrontant d'un costé au chemin par lequel l'on va du bourg dudit Mesnac à la croix de Painperdu et d'autre costé au mas de terre apellé le Vairon tenu à droict d'agrier dudit seigneur à cause de sad. seigneurye de l'Isle pallisse entre deux, d'un bout au mas de terre apellé le champ des Fosses fossé entre deux, et d'autre bout à la terre de Jean Texandier l'aisné qu'il tient à droit d'agrier dudit seigneur à cause de saditte seigneurye de l'Isle chemin entre deux,

plus un autre mas de terre estant en pointe se joignant l'un l'autre, chemin entre deux, contenant dix journeaux soixante trois carreaux et demy au susd. herpend au lieu apellé le petit Bois confrontant d'un costé au chemin que l'on va de Cognac à Masta à main senestre et d'autre part au chemin que l'on va dudit bourg de Mesnac à la croix dud. Pain perdu, d'un bout au fief de vigne apellé le champ des Vignes, fossé entredeux, et d'autre bout au mas de terre apellé le champ du Pré tenu aussy à droit d'agrier dudit seigneur à cause de sad. seigneurye de l'Isle et retournant jusqu'au mas de terre apellé les Lepasses, fossé entre deux, despendant de la mestairye dudit seigneur apellée l'Isle

au debvoir de trois boisseau bled fromant, vingt solz en argent, deux chapons, une poulle et un boisseau advoine à la mesure de Cognac par chacun an en chascun jour et feste de sainct Michel de rente noble dirette et foncière randue et portée par lesdictz advouants esdicts noms ont promis et s'obligent continuer payer à l'advenir audit seigneur annuellemenat es chascun dit jour et feste de sainct Michel tant et si longuemant qu'eux et les leurs auront cause à l'advenir seront detempteurs desd. lieux

à la charge de veriffier toutefois et quantes qu'il plaira audit seigneur et à leurs despans et à ce faire et accomplir ont lesdictz advouants esdictz noms obligé et ipotéqué tous et chascun leurs biens presants et futurs et sur ce faict toutes renociations et soubmitions au cas requis

faict au pont de sainct Sulpice maison où demeure Pierre Caillaud marchant et en sa presance et de maistre Jean Robert sergent royal demeurant au village de la Garnerye parroisse de Cherves tesmoings requis

et ont tous fors ledit Briand et Robin declaré ne scavoir signé Le vingt cinquiesme febvrier mil six cent cinquante huict avant midy
Ainsy signé en la minutte des presants, Robin Gabeloteau notaire royal hereditaire...

 1658

Certes, on ignore où se trouvait la terre de Jean Texandier, de sorte qu'on ne peut délimiter le mas de Pain-Perdu à l'ouest, sauf à calculer son emprise en se fondant sur sa superficie de 12 journaux 45 carreaux. Si le pied est celui d'Angoumois, soit 34,7 cm, ce qui met le carreau à 39 m2 et le journal à 3485 m2 (39 x 89,33), on aboutit à une surface de 43 577 m2, soit près de 4,5 hectares. Il suffirait d'une largeur de 150 m environ, la longueur de la pièce comprise entre le(s) Vairon(s) et le chemin de Mesnac à Pain-Perdu atteignant au moins 300 m  telle qu'on peut la mesurer sur le cadastre en ligne. Mais cela supposerait d'exclure la Coudraie et ses 2,5 ha environ... ou bien, ce qui paraît plus probable, de ne pas faire entrer en compte la surface bâtie (2,3 ha ?). Accessoirement, on notera que la Coudraie, même si elle ne portait peut-être plus de noisetiers ("coudriers"), ne comportait aucune construction d'après les cartes les plus anciennes...

Quant au Petit Bois, ses 10 journaux 63,5 carreaux feraient à peu près 3,7 ha, alors que la pièce actuellement cadastrée sous ce nom semble ne mesurer que 3,1 ha au plus. La mesure était-elle approximative ou faut-il décaler les Lepasses (nom de la bardane en saintongeais) et le Petit Pré vers le bas (le sud) de manière à retrouver le demi-hectare manquant ? Le Petit Pré est seul mentionné dans le dénombrement de l'Isle de 1649, mais sans localisation précise : « plus une pièce de terre appellée le petit pré / autrement l'Esseris / renfermée de toutes pars de palisses, fossés et chemains / prés et buissons ».