Imprimer
Affichages : 845

Il y eut un temps des métairies, à Mesnac comme à Cherves.

En 1620, Charles Chesnel acheta à Jacques de Puyrigault, seigneur de Charmant, ses terres de Mesnac et de La Roche. Dans ce dernier lieu, il fit bâtir Château-Chesnel (qui ne date donc pas de 1610), et abandonna alors son château de Chazotte, dont au moins une partie des bâtiments fut transformée en métairie - la Métairie vieille -, avec les terres environnantes. L'Isle, acquise par Josias Chesnel en 1655, subit le même sort mais, cette fois, les terres furent partagées entre deux métairies au moins. 
Père et fils avaient, par ces acquisitions et d'autres (notamment celles de Plumejeau, comprenant le Courtis, en 1617 et de Vignolle en 1656), arrondi leur domaine, qui finit par s'étendre du Véron au Pont de Saint-Sulpice. Dans un souci de rentabilité sûrement, ils découpèrent ce territoire en métairies, ravalant à ce rang les petits manoirs de bord de rivière (Chazotte, l'Isle, le Courtis) au profit du seul Château-Chesnel, construit sur une éminence. En y comprenant celles que nous venons de citer, on dénombrait huit métairies à la veille de la Révolution : 
- dans Mesnac, la métairie du logis de l'Isle, l'ex-métairie de l'Isle près de Vignolle (d'où parfois une confusion des dénominations), la Borderie au sud du bourg et la Métairie neuve près de Chazotte.
- dans Cherves, outre la Métairie vieille, la métairie des Noirs (ou des Nègres), la métairie du Courtis et la métairie de chez Boisnard.
À ces exploitations hors préclôture s'ajoutait le moulin de Chazotte, à cheval sur les deux paroisses, mais compris pour l'essentiel dans Mesnac.

Trois documents nous renseignent sur la consistance de ces métairies :
- un relevé de 1780 énumérant toutes les parcelles dépendant de Château-Chesnel. La ou les premières pages ont disparu, mais cela n'affecte que l'éventuel intitulé du document et les dix premières parcelles de la préclôture. Les indications de superficie - approximatives et d'ailleurs toujours assorties de la mention “ou environ” - et les confrontations fournies par cette pièce nous permettront de dresser in fine une sorte de cadastre, certes partiel mais laissant deviner les contours sud de l'ex-seigneurie de l'Isle.
- un "procès-verbal des bastimens et domaines et estimation du bestail compris dans la ferme du Château Chesnel" réalisés en 1788 lorsque Mme d'Écoyeux entreprit d'affermer une partie du domaine aux "sieurs Broussard de Livenne et Frannaud". Ce document ne concerne pas toutes les métairies, mais fournit des éléments intéressants sur les bâtisses, les cultures et le bétail.
- l'inventaire dressé l'année précédente après le décès de Louis-Alexandre Frétard d'Écoyeux ne fait guère que préciser la composition de ce bétail, et on fera grâce de la couleur des bœufs et vaches !

LEXIQUE

Borderie : petite métairie.
Chénebard : chènevière.
Douë : douve, fossé.
F(e)urne : vanne, écluse (Jônain) « Une furne (ou feurne) est un dispositif coupant à volonté le cours d’une rivière. Fait avec des pierres ou de la terre, ce système permettait de passer à gué et de freiner la force de l’eau. On retrouve ce dispositif sur la Soloire, près du pont de la Furne… » (site de Ph. Dumas sur Boutiers). A. Thomas (Romania, 1908, vol. 37, p. 123) énumère trois acceptions qui correspondent à trois aspects d’un dispositif de ce genre : vanne de l’écluse d’un moulin, filet qu’on adapte à l’ouverture de cette vanne et planche formant pont extérieurement à la vanne ; et, s’appuyant sur Du Cange, avance que le sens premier pourrait être : réservoir à poisson creusé en dehors de l’écluse, à l’orifice de la vanne : le mot, sous la forme *foderne, dériverait de « fodere », fouir, comme « caverne » vient de « cavere »,creuser..
Héraud (ou aireaux) : cour, terrain vague autour d’une habitation.
Motte : le mot a deux sens : “Petite terre marécageuse, humide, entourée généralement de fossés pleins d'eau” ou “monticule de terre”, tertre, butte ou terrier. Le dérivé motards suggère un champ où la terre, lourde, ne s'émiette pas, reste compacte.
Nauve (ou noue) : bourbier, terrain où l’eau stage, voire mare.
Ouche : “petit terrain [clos et cultivé] attenant généralement à des bâtiments [ou] petit verger entouré de haies ou de fossés” (Glossaire de G. Musset).
Parsonnière (terre) : en possession partagée.
Rouchail : roselière ; les rouches (carex) servaient notamment de litière pour le bétail.
Terrage (ou champart) : prélèvement en nature, en général de céréales, que le seigneur devait faire effectuer sur le champ, au moment de la récolte (il était “quérable”, et non “portable”). Un prélèvement du sixième était, semble-t-il, un maximum.
Vesne : bras de rivière ou canal ?

 

Métairie du logis de l'Isle

L'étendue des terres est de 50 journaux, non compris les "prés vergnée[s]", et leur revenu (total ou celui du seigneur ?) s'établit à 290 livres. Le métayer se nomme Jean Priolleau ou Priauleau.

 

 consistance superficie  valeur au levant au couchant  au nord au midy
 A. En la prairie des Oeillau 3 prés contigus  5 jx   1 000 £   ?  pré de la Bordrië  pré de la Bordrië pré de la Bordrië 
 B. Aux Seures près le bourg pièce de terre  2 jx (les 3/4 en agrière au six des fruits envers le prieuré et le surplus estant
dans les rantes desdits sgrs)
 450 £  route qui va 
aux Grenussons
 héritiers de
Jacques Rullier
Jean Chebinaud  héritiers de
Pierre Brandy 
 C. Aux Auseures  pièce de terre
avec du bois
 4 jx  700 £

 chemin de
Cognac à Matha

 route des 
Grenussons

 Michel Coupilleau
(fossé entre deux)

 héritiers de
Pierre Brandy 
 D. champ de l'Isle pièce de terre
avec du bois 
9 jx  865 £ Jeanne Chebinaud

chemin de
Matha à Cognac

Petit champ (E) plusieurs
particuliers
 E. Petit champ pièce de terres
avec arbres 
6 jx 550 £ champ de la métairie
de l'Isle
chemin de
Matha à Cognac 
vigne appelée
le Plantis 
Champ de l'Isle
(D), fossé entre deux
 F.  petite chaume
( 1 ormeau testard)
1 jal  50 £  Sr Gabeloteau  chemin de
Matha à Cognac 
Champ de l'Isle
(D)  
chemin Mesnac-
Vignolle 
 G. Terre au Picq pièce de terre  10 jx (dont 1 de chaume
ou pré au midi) 
1 400 £  pièce de la métairie
de l'Isle 
chemin de
Matha à Cognac 
chemin Mesnac-
Vignolle  
jardin dépendant
de la métairie de l'Isle 
 H. Terre du Pontet pièce de terre
(avec chaume au milieu) 
3,5 jx  250 £  chemin de
Matha à Cognac  
Boutelleau
et autres 
Pierre Heurgonneau  chemin Mesnac-
Pontet 
 I. Sablon pièce de terre

2 jx 
(y compris des troux que l'on a tiré
du sable)

100 £  Daniel Suire  chemin Mesnac-
Pontet  
Daniel Suire  héritiers de Jean
Boutelleau
 J. Sablon pièce de terre
(avec chaume au midi)
1 jal  60 £  Daniel Suire   chemin Mesnac-
Pontet  
mineurs Tirat  chemin Mesnac-
Pontet  
 K. Tartifume pièce de terre
(champ) 
2,5 jx  250 £  chemin et pré de
la mét. de l'Isle 
pré et chaume
de la Bordrië + mét. du Logis 
douë séparant
de la Bordrië 
mottes (M) 
 L. Rouchail pré-marais  2 jx  120 £  petit pré de la 
Bordrië et chaume (M) 
rivière du moulin
de Chazotte 

douë séparant
de la Bordrië

Fossé du Roy 
M. Les Mottes  petite motte
avec bois 
1,5 jal  150 £  pré de la mét.
de l'Isle 
Rouchail (L)  Tartifume (K)  Fossé du Roy
 N. Pré du moulin pré avec arbres  2 jx 450 £ Nivaudrie 
(mét. de l'Isle) 
rivière du moulin
de Chazotte 
Pré des Reguins
(fossé) 
pré du moulin
de Chazotte 
 O. Gripeliet pré  0,25 jal  40 £  champ de Boutelleau  L'Ouche naigre
(noire) 
Boutelleau  Boutelleau 
51,75  jx  6 435 £ 


Bastimens de la mestairie appellée l'isle du chateau de Mesnac : les appartemens bas [...] consistent dans deux chambres, un appartement appellé pavillon, un autre appartement entre ledit pavillon et la grand chambre et un autre appellé fourniou, où nous avons observé... que toutes les fermetures de portes et fenestre sont en partie usée et néanmoins serviables et qu'il ny a qu'une seulle serrure à la chambre du mestayer seullement ; la fermeture de la porte qui est entre laditte chambre et le pavillon est inserviable. Et etant montés dans les greniers au dessus des dits appartemens bas nous avons observé... qu'ils sont très mauvais, percés en differens endroits, que les fermetures de portes et fenestre sont fort mauvaises, qu'il manque même une fermeture à la porte d'entre les deux greniers ainsi que les fenestres et croisées, sauf à la croisée qui donne au levant où il ni a qu'une mauvaise fermeture sans ferrure. Obervé aussi... que la couverture est en bon état.
[Quant aux] granges qui sont au devant de la maison[... ], il n'y a que celle du milieu qui a une fermeture à deux battant sans serrure, verrou ny loquet, dans laquelle il y a une crèche et un ratelier et [dans]celle qui est au couchant, il n'y a qu'une crèche seullement, la couverture du tout en bon état. Les deux petits toits joignant l'entrée de la cour en assés bon état avec leurs fermetures passablement serviables sans ferrures que deux gonds et deux ardivelles chacunes.

[Le bétail de cette métairie] consiste en quatre boeufs de tire, deux vaches égallement de tire et deux jeunes tores d'age d'environ quinse mois et une petite jeune tore d'age de huit jours, [le tout estimé] de la valeur de la somme de treize cent soixante livres, ci... 1360 #

[Pour ce qui est des terres], il y a environ la quantité de trois cents sillons en trois differentes parties qui peuvent former environ le nombre de onze journeaux qui sont actuellement [novembre 1788] ensemencées en froment, et sur lesquels onze journeaux, [...] il doit avoir été employé la quantité de quinze boisseaux de froment pour l'emblavement. [...] Outre les onze journeaux cidessus, il y en a environ cent cinquante sillons aussi en trois parties qui peuvent former la quantité de six journeaux; qui [sont] actuellement aussi emblavés en froment [et où] il doit y avoir esté employé la quantité de sept boisseaux de froment. [Il y a de plus] cinquante sillons pouvant former environ deux journeaux qui sont actuellement ensemencés en avoine [pour une quantité évaluée à] trois boisseaux et demy [ainsi que] quinze sillons [couvrant un demi-journal] semés en coupage [un boisseau et demi] et treise sillons [un "quard" de journal] semés en lin [environ deux picotins]. Plus onze journaux de "guéret franc" (jachère).
Enfin, 72 livres pour une charrette, une charrue, des juilles et autres harnais.

Notes. Le petit bâtiment qu'on discerne sur le cadastre napoléonien (voir L'Isle) était donc un "fourniou" ! En janvier 1787, le bétail se composait de deux gros bœufs de cinq ans (450 £), de deux veaux de vingt mois (180 £) et de deux vaches de sept ou huit ans (180 £). Avec la naissance de trois taures, le “croît vif" s'établirait donc en vingt-deux mois à 550 £ (?). À la même date, le notaire avait trouvé deux charrues "ou versour à roues" avec la charrette au "chartis bois d'ormeau assez bon" mais aux "roues inserviables", le tout estimé avec les jougs et harnais à 75 livres.
On notera que le procès-verbal ne s'intéresse qu'à la trentaine de journaux ensemencés en céréales (ou, originalité de cette métairie, en lin), négligeant notamment les prés.

 

Métairie de l'Isle

Située à proximité de Vignolle. Dans les années 1950-1960, il n'y avait plus là que la scierie Roullin, auparavant installée à l'Isle, dans le pré entre les maisons et la rivière. Maintenant, il ne reste plus rien.

 

  consistance superficie valeur au levant au couchant au nord au midy
 A'. Dans la prairie de l'Oeilleau pré 1 jal 200 £ pré de la mét. du
logis de l'Isle (A)
vergnée du
Gravellon
pré de la mét. du
logis de l'Isle (A)
vergnée de
l'Oeilleau 
 B'. audit lieu de l'Oeilleau  pré 3 jx  500 £

chaussée du
moulin de Chazotte

vergnée de
l'Oeilleau
pré de la mét.
du Logis (A)
Pré Rong (nauve
entre deux)
C'. Pontet  pré avec arbres 2 jx 300 £ chemin du Pontet
à Mesnac 
Tartifume (K)  chemin qui va
à Mesnac
pré de la Métairie
neuve (A**)
 D'. Les petits champs pièce de terre 10 jx 700 £ Grollet

terres de la
mét. du Logis

 Plantis de
Mesnac

terres de ladite
métairie

 E'. Terrages du prieur pièce de terre 2 jx (aux six
un des fruits)
80 £ La Passe (G') Mre Giraud chemin de Mesnac
à Pain-Perdu
La Groge (F')
F'. La Groge pièce de terre
avec arbres
2,5 jx 260 £ La Passe (G') plusieurs
particuliers
Terrage du
Prieur (E')
chemin Mesnac-
Vignolle
G'. La Passe  pièce de terre
avec arbres
 12 jx 1 400 £  Champ des Vignes
(fossé & palice
entre deux)
La Groge (F') Jean Brandy,
dit La Marche
 chemin Mesnac-
Vignolle
 H'. Terre au Picq  pièce de terre
avec arbres
 9 jx 1 000 £ chemin Mesnac-
mét. de l'Isle
terre de la
mét. du Logis  (G)
 chemin Mesnac-
Vignolle
Terres & pacage
de lad. mét. (L')
I'. Le Renfermis pièce de terre avec arbres 3 jx 1 000 £ chemin au pacage
 de lad. mét. (fossé
entre deux)
terres du Logis (?) Terre au Picq (H') pacage de
lad. mét. (L')
J'. La Groix pièce de terre
et chaume avec arbres
12 jx 1 300 £ Groix de Vignolle bastimants 
de lad. mét.
chemin Mesnac-
Vignolle
Renfermis
de Bellot
 K'. chaume 2 jx 700 £  Terre au Picq Renfermis (I')  bastimants 
de lad. mét.
jardin et pré
de lad. mét.
 L'. Les Bellins paccage (partie
en motards et
buissons d'épines)
4 jx  400 £ Pré de la Pointe domaines de la
mét. Neuve
Petit Renfermis (I') aboutant sur
la mét. Neuve
 M'.

pièce de pré joignant la maison dans laquelle est une petite ouche renfermée de palice

8 jx 
dont 2,5 au midi en motards qui ne serve que de pacage
2 000 £ La Groix (J') terres de la
mét. Neuve
 bastimants 
de lad. mét.
 motards des
Belins (L')
 N'. Champ du Pré 
des Fragnes
pièce de terre 3,5 jx 175 £ Groix de Vignolle pièce de terre 
de lad. métairie
Grollet

chemin joignant le
pré du frègne (?)

 O'. Champ du Fresgne   pièce de terre
avec arbres
 0,33 jal 30 £ chemin Vignolle-
Cognac
Boüard ? Groix de Vignolle aboutant sur le
chemin du Fresgne
 total 74,3 jx 10 045 £

 

En 1787, cette métairie était tenue par “François Poupard, colon partiaire”. S'y trouvaient six bœufs de trois à six ans (1 080 £), deux petits bœufs de deux ans (150 £), trois vaches de trois à cinq ans (260 £) - soit un total de 1 490 livres. Près de deux ans plus tard, on enregistre toujours six bœufs (“de tire”), mais seulement deux vaches ; en revanche s'y ajoutent deux veaux et quatre taures (dont deux de l'année) et, pour 24 livres seulement, deux moutons, deux brebis avec chacune leur agneau de l'année et une jeune brebis. Le tout aurait fait 2 234 livres...

Les bâtiments consistent en deux chambres, l'une avec porte fermant à clé et petite fenêtre, l'autre nettement moins bien close et surmontée d'un grenier, de deux étables, l'une pour les boeufs , l'autre pour les vaches et le jeune bétail, et d'une grange à foin. Les terres ? Quinze journaux ensemencés en froment "et quatre differentes parties" où l'on a employé 29 boisseaux de semences. Plus huit journaux en deux pièces ayant reçu seize boisseaux d'avoine et douze journaux en "guéret franc". Le matériel, estimé à 195 livres, comporte cette fois deux charrettes en sus de la charrue.

 

La Borderie

Peut-être une ancienne dépendance de l'Isle, compte de tenu de l'intrication des terres. Y “reste un nommé Mesnié”, au statut incertain. Produit annuel : 120 livres.

   consistance  superficie  valeur  au levant au couchant au nord au midy
A". Champ de la Bordrie pièce de terre
devant la maison
d'icelle
5 jx 1 500 £ chemin Pontet-Mesnac vergnée du Rouchail aux bastimants Tartifume (fossé entre deux)
B". Petit Pré de la Bordrie pré 15 carreaux 20 £ Tartifume pré du Rouchail Champ de la Bordrie (A") chaume de Tartifume
C". pièce de motte divisée en 5 parties 1,5 jal 600 £ "confrontant de toutes parts au douë de l'ancien chasteau de lisle estant derrière le logis dudit lieu de l'isle où est aujourdhuy la meterie"    
 D". pré marais 2 jx 400 £ pré de la mét. du Logis de l'Isle ris de l'Oeilleau pré de laditte meterie (du Logis ?)  
 total  < 9 jx  2 520 £

 

La Métairie neuve

“On estime que la métérie neuve doit produire annuellement la somme de 425 livres. [D'une autre main :] Cette métairie contient cent journaux de terre labourable, pré, sans compter les prés marais.”

    consistance superficie valeur au levant au couchant au nord au midy
A*. Le Pré Rong  pré 3 jx 400 £ rivière du moulin vergnées parsonnières pré de la mét. de l'Isle pré de la mét. de chez les Noirs
 B*. Les Reguins pré et chaume avec arbres 7 jx 900 £ chemin Cognac-Matha Pré Rong (rivière du moullin de Chazotte entre deux) Pré du Pontet (fossé du Roy entre deux) Terre de la Nivaudrie (fossé entre deux)
 C*. Le Grand Pré pré, derrière les bastimants de ladite mét. 10 jx 1 000 £ Petit bois du Boisson (F*) chemin Cognac-Matha Pontet (D*) (Fossé du Roy entre deux) issuë et héraud de lad. mét.
D*. Le Pontet pré 2,5 jx 250 £ Les Claudriës (G*) pont du Pontet jardin du Pontet (E*) Le Grand Pré (C*) (Fossé du Roy entre deux)
E*. Jardin du Pontet pièce de terre ou jardin 1,5 jal 400 £ pacage ou Belins de la mét. de l'Isle motte du nommé Mesnié pièce de terre ou chaume de la Terre au Picq (mét. du Logis de l'Isle, G) Pré du Pontet (D*)
F*. Bois du Buisson pièce de bois en buissons sur laquelle il y a différans testards entourée d'anciens fossés 2,5 jx 500 £ Les Petits Champs (H*) Le Grand Pré (C*) Les Claudries (G*) Le Grand Pré (C*)
G*. Les Claudries pièce de terre 18 jx 1 300 £ Pré des Fresnes pré de lad. métairie (D*) pré pacage de la mét. de l'Isle (?) Fossé du Roy
H*. Les Petits Champs pièce de terre (fossé au milieu pour l'écoulement des eaux) 16 à 17 jx 1 700 £ chemin Cognac-Vignolle chemin de servitude de lad. mét. aux Claudries Claudries (Fossé du Roy entre deux) autre dhomaine de lad. mét., chemin de servitude entre deux
I*. La Varenne pièce de terre (1,5 jal de chaume au midy) 25 jx 2 000 £ chemin Cognac-Matha   issuës de lad. mét. (fossé entre deux) Bois Jannot (fossé entre deux)
J*. La Nivaudrie pièce de terre (partie en chaume) 10 jx 600 £ chemin Cognac-Thors pré de la mét. du Logis (N) Reguins (B*) chaume parsonnière entre le moulin de Chazotte et lad. mét.
K*. chaume servant de pacage et faisant partie du héraud de lad. mét. 1 jal 200 £ "puy" de lad. mét. chemin Cognac-Matha  Le Grand Pré (C*) La Varenne (I*), chemin entre deux
total   87,5 jx 9 250 £        

 

1788 : la maison du métayer, Pierrre Joyaux, laboureur, "consiste en une chambre basse, un chai acosté au couchant, une écurie à la suitte et un petit toit au devant". "Les autres bastiment de laditte mestairie concistent dans deux granges tant à foin qu'à boeufs et à brebis[, à costé de la chambre du métayer] ; la première au couchand a ses fermetures d'une porte fort vieille [...] et d'un portail presque neuve [...], la seconde au levant ayant deux portes [au nord et au midi].
Le bétail se composait de "quatre gros boeufs de tire, deux jeunes vaux de trois ans, six vaches et un petit vau de l'année". Valeur estimée : 2 062 livres. L'année précédente, on parlait de six bœufs de 3, 5 et 6 ans (1 100 livres), de quatre vaches de trois-quatre ans et huit-neuf ans (200 £) et de deux veaux et une taure d'un an (140 £), soit un total de 1 340 livres. 
"Les guérets francs l'année présente sont en quatre differentes parties et consistent scavoir dans la piece des Petits Chams en deux cent sillons, dans la pièce de la Varenne cent vingt sillons, dans la pièce des Cloudis cent huit sillons, dans la pièce de la Varenne près le bois Jannot soixante sillons, pouvant former en tout [blanc] journeaux. [En outre], il y a environ vingt sept journeaux de semés en froment" à raison de 36 boisseaux.
Enfin, une "vielle charrette, une charrue et les arnois ordinaires" ont été évalués à 120 livres. (en 1787, on était plus précis et plus sévère : “une vieille mauvaise charrette, un versour à ruelle avec atteloir”, estimés avec les harnais à 86 livres seulement.)

Notes : la présence d'un chai intrigue. Il n'est fait mention de futailles et de matériel de vinification qu'à Château-Chesnel même, et la liste des parcelles ne fait était d'aucune vigne (excepté celles du Plantis de Mesnac, mais qui sont hors métairies)...

Moulin de Chazotte

“moullin composé de deux roues” estimé à 8 230 livres. Mais “on estime que les moullins Chazotte et ses dépendances ne doivent produire annuellemant de net que 600 livres à cause des réparations quil y a à faire aux dits moullins, avec les cinq pièces de dhomaine qui sont comprise dans la préclosture estimé la somme de 2 820 livres”.
D'autre part, en marge, quelqu'un a annoté les pièces B à E : “payé en Mesnac / l'imposition”. Le bail consenti en 1646 par Jozias Chesnel l'a d'ailleurs été à “Pierre Besson, meusnier, demeurant aux moullins de Chazottes paroisse de Mesnac”. On trouvera sur le site Histoire-Passion ce document, qui fait état de deux moulins, un “noir” pour le seigle et un “blanc” pour le froment. Quelques compléments et correctifs seulement : une “serre” est une scie (dictionnaire de Godefroy) ; les “rix” sont les ris (ruisseaux) ; “berches" = brèches ; au lieu d'"arsure", lire “tesure" (ensemble de filets) ; “les enguille de feurne" (voir lexique supra).

   consistance superficie valeur au levant au couchant au nord au midy
A.   pièce de terre où estoit autrefois la glassière, faisant un triangle 3 jx  900 £ fossé faisant separation davec la terre de la guérenne (Mét. Vieille) route entre l'ancien jardin et lad. pièce de terre chemin du moullin au chemin de Matha douë de l'ancien château de Chazotte
B. pièce de terre et motte (chaume) 2 jx 600 £ située entre le chemin conduisant du moullin au chemin de Matha et le pré C  issuës du moullin chaume parsonnière  entre le chemin conduisant du moullin au chemin de Matha et le pré C
C. Pré du Moullin  pré 5 jx 2 000 £ chaume B, fossé entre deux rivière du moullin Nivaudrie (mét. Neuve, J*) chaume B
D. chaume commune  pré pacage allant en pointe 2 jx 200 £ chemin de Matha pré C  Nivaudrie (J*) chemin de Matha
E clos ou marais renfermé de murs en mauvais état 1,5 jal 300 £ rivière du moullin pré marais (C ou F ?) vergnée du Pré Rong feurne du moullin
F. pré ou marais 7 jx 700 £ rivière du moullin vergnée parsonnière Pré Rong vergnée du Pavillon
G. l'ancien jardin clos pièce en partie en jardin, close d'anciens murs au coin de laquelle estoit le pavillon 2 jx 600 £ route de servitude du moulin pour aller au champ nommé Grand Jardin (H)  rivière du moullin bastimants du moullin douë de l'ancien chasteau
H. Grand Jardin pièce de terre 3 jx 900 £ Champ des Antes rivière du moullin douë Pons Galland
I. Petit Jardin pièce de terre près le pont Galland 1 jal 300 £ Le Parc rivière chemin du pons Galland chenebard de la mét. vieille
J. chaussée avec du bois 1,5 jal 120 £ L'amplacemant de la chaussée du costé du levant a prandre depuis led. moullin jusque au bout du pré Galland ou à la vesne (ou vergnée) de David
K. chaussée avec bois ? 150 £ La chaussée dud. moullin du costé couchant a prandre depuis le dit moullin allé jusqu'au pons du logis de l'Isle
total   env. 30 jx 6 770 £        

Le document confirme donc l'existence d'un pont reliant l'Isle de Mesnac au bourg.
Le pré des Ânes mentionné dans le bail de 1646 correspond à la parcelle F.

La valeur est estimée à 15 000 livres y compris le moulin.

 

Essai de cadastre

Certaines appellations se retrouvent dans le cadastre actuel, mais souvent déformées, soit en raison d'une mauvaise lecture, soit parce qu'on n'en comprenait plus le sens et qu'on leur a substitué un terme connu. Ainsi les Oeillau (ou l'Oeillau) sont devenus l'Euliaud et la Terre au(x) Picq, renvoyant vraisemblablement à la même famille que la Croix de(s) Picq en Cherves, a été rebaptisée “Terre aux Pies". La Nivaudrie et les Claudries, qui tiraient peut-être leur nom d'un patronyme, se retrouvent sous la forme La Miraudrie et, ce qui est plus étrange, Les Cloutis. Les Reguins figurent encore dans le cadastre de 1822, mais avec l'orthographe “Regains”, qui est celle qui s'est imposée. Quant aux Ausseures, terres qui devaient être détenues à l'origine par les seigneurs du Seure (dont c'est l'ancien nom), elles sont maintenant enregistrées au cadastre comme “Les Hauteurs”  ! C'est sûrement du fait d'une erreur due à l'ignorance que La Groge (“terre caillouteuse”, synonyme de “groie”) s'est trouvée transformée en “La Grange”, dénomination étendue depuis à tout le secteur compris entre Le Millery et  le Champ des Vignes, y compris donc aux Terrages du Prieur et à La Passe.  Cas peut-être pas unique, cette dernière dénomination était elle-même une altération (déjà !) : il faut y reconnaître Les Lepasses (bardanes), terme rencontré dans un document de 1658 relatif à Pain-Perdu...

Sablon, Gravellon, Groie et Groge : tous ces termes renvoient à la nature graveleuse des parcelles. Il faut peut-être y ajouter "Gripeliet / Gripillet", si l'on rapproche le mot de “grippail : sable argileux, caillouteux et très compact” (Musset). La proximité du marais est également sensible, avec “nauve”, “rouchail” et ce Tartifume, “Tard-y-fume”, qui suggère la persistance de brumes matinales dues à l'humidité. Quant au pacage des Belins, il porte bien son nom : les “belins” sont les béliers. La “Varenne" (qui est ici comprise dans Cherves, et non celle de Mesnac) était aussi une “terre inculte où l'on fait paître le bétail”.

La carte qui suit situe plus ou moins exactement toutes les parcelles citées plus haut. On n'a tenu que légèrement compte des superficies indiquées, approximatives comme il est dit, et on a donné la priorité aux confrontations, mais celles-ci apparaissent parfois contradictoires (par exemple s'agissant des Oeillaux) ou difficiles à reporter sur un cadastre qui a bougé : il est possible, ainsi, que la partie méridionale de la métairie de l'Isle soit moins compacte, plus ajourée (le pré de la Pointe en fait-il ou non partie ?) et le puzzle autour des Belins ne peut être aisément reconstitué. 

totalit mtairies